Marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum) Rosskastanie

Par défaut

Marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum L.Rosskastanie

MarronnierMarronnier d'Inde (Aesculus hippocastanum L.)
FR – Le marronnier commun, marronnier d’Inde ou marronnier blanc, châtaignier de mer, marronnier faux-châtaignier ou châtaignier des chevaux.
Famille des Hippocastanaceae.
On utilise depuis longtemps son écorce (riche en tanins et en flavonoïdes), ses fleurs et ses marrons pour en tirer des préparations médicinales. En Turquie, le marron réduit en poudre était réputé soigner certaines maladies pulmonaires. Le marron semble aussi avoir été utilisé pour soigner les maladies pulmonaires du cheval.
Un extrait normalisé en escine (16 % à 20 %), mais ne contenant pas d’esculine (anticoagulant toxique) est commercialisé depuis les années 60, fabriqué à partir de la graine entière, car la fleur, la feuille ou l’écorce contiennent de l’esculine. Il traite l’insuffisance veineuse et certains troubles associés (lourdeur et gonflement des jambes, démangeaisons, varices, phlébite, certaines ecchymoses, hémorroïdes (au xviiie siècle, les Français produisaient un extrait anti-hémorroïdaire). Une étude5 faite sur des rats laisse penser que l’extrait normalisé de marronnier d’Inde aurait un effet hypoglycémiant qui pourrait contribuer à traiter le diabète. Certains extraits ont une activité vitaminique P, anti-hémorragique, qui les ont fait utiliser dans des préparations destinées à faciliter la circulation sanguine.
Homéopathie Aesculus hippocastanumhémorroïdes piquantes, constipation de la femme enceinte, jambes lourdes, varices, douleurs lombosacrées.
Toxicité : Espèce à considérer comme potentiellement toxique, surtout pour le bétail (y compris les chevaux, le terme hippocastanum, littéralement châtaigne de cheval rappelant uniquement l’emploi d’une décoction riche en saponosides pour déterger la peau des chevaux, et non un quelconque usage alimentaire)
Nature du toxique : Saponosides toxiques (aesculine)
Organes incriminés : Les graines (marrons) sont les organes les plus fréquemment incriminés même si la toxicité des bourgeons ou des jeunes feuilles n’est pas à exclure
Symptômes :
• Vomissement, douleurs abdominales, diarrhées
• Symptômes nerveux : délire entrecoupé de phases de somnolence, mydriase, congestion du visage.
Usage Interne :
En usage interne, le Marronnier est utilisé pour soigner les hémorroïdes, les varices, la varicocèle, la congestion du foie, la congestion prostatique et du petit bassin, et les troubles de la ménopause.
Pour tout cela vous pouvez prendre une décoction d’une poignée de copeaux d’écorce de Marronnier que vous laisserez bouillir 15 min dans un litre d’eau. Cette décoction est à boire en deux jours. Vous pouvez prendre aussi de l’alcoolature stabilisée à raison de 20 à 40 gouttes par jour, avant les repas, pendant des périodes de 10 à 15 jours par mois, pas plus, ou une solution d’intrait à 5 % aux mêmes doses (sauf en cas de crise hémorroïdaire ou vous pouvez passer à 100 gouttes par jour, voire même plus).
Contre les bouffées de chaleur de la ménopause vous pouvez prendre un mélange constitué de 2 g d’acide phosphorique officinal, et d’une quantité suffisante pour 125 ml à parts égales de teinture mère de Marronnier, de teinture mère d’Hamamélis, de teinture mère de Passiflore, et de teinture mère d’Aubépine. Ce mélange est à prendre à raison de 50 gouttes dans un demi verre d’eau avant les 3 repas.
Usage Externe :
En usage externe, le Marronnier est utilisé pour soigner les plaies infectées, les maux gangréneux, la congestion pelvienne féminine, les hémorroïdes et les engelures.
Pour tout ça (sauf les engelures) vous pouvez faire des compresses (plaies), des lavements (hémorroïdes) ou des injections (congestion pelvienne) d’une décoction de 50 g d’écorce de Marronnier par litre d’eau.
Contre les engelures et les hémorroïdes, vous pouvez utiliser une pommade à 20 % d’alcoolature de Marronnier. Contre les hémorroïdes vous pouvez aussi utiliser des suppositoires constitués de 0,03 g d’intrait de Marron, 0,02 g d’intrait de Jusquiame, de 0,05 g d’intrait de Morelle et d’une quantité de beurre de cacao suffisante pour un suppositoire, ou une pommade constituée de 20 g d’alcoolature de Marron, 20 g de Lanoline, et 60 g d’onguent populeum.

DE – Die Gewöhnliche Rosskastanie (Aesculus hippocastanum), auch Gemeine Rosskastanie oder Weiße Rosskastanie genannt, ist eine auf dem Balkan heimische, in Mitteleuropa verbreitet angepflanzte Art der Gattung Rosskastanien (Aesculus).
Aus Samen, Borke, Blättern und Blüten werden Grundstoffe für die pharmazeutische Industrie gewonnen. Das extrahierbare Wirkstoffgemisch Aescin hat eine gefäßverstärkende, antikoagulierende und entzündungshemmende Wirkung. Die daraus hergestellten Präparate werden beispielsweise gegen Magen- und Zwölffingerdarm-Geschwüre, Gebärmutter-Blutungen, Krampfadern und Hämorrhoiden eingesetzt.
Ein Dekokt der Samen kann als Spülung, Fußbad oder Umschlag gegen geschwollene Beine oder Arme verwendet werden. Dies soll ebenfalls hilfreich bei Couperose und leichten hämorrhoidalen Entzündungen sein.  Anwendung

EN – Aesculus hippocastanum is a large deciduous, synoecious tree, commonly known as horse-chestnut or conker tree.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s